Le Centre Ahmadou Malick Gaye – CAMG – Bopp

Introduction au Centre Ahmadou Malick Gaye – CAMG – Bopp

PRESENTATION DU CENTRE AHMADOU MALICK GAYE (C.A.M.G)   LOCALISATION : CENTRE AHMADOU MALICK GAYE ex Centre de BOPP   Dakar ,  Rue Ahmadou Malick Gaye X Avenue Cheikh Ahmadou Bamba au quartier Bopp, situé entre la frontière de la Communue d’Arrondissement de Grand- Dakar et de la Biscuiterie   CONTACTS: BP 5070 Dakar – Fann – Tel : 825 39 77-  Fax: 824 19 89 Email : usecamg@orange.sn   IDENTIFICATION : PROGRAMME URBAIN de l’ONG USE COORDINATRICE: Mme Aby SARR GAYE PRESENTATION DU CENTRE: L’U.S.E est une Organisation Non Gouvernementale (ONG) sénégalaise d’appui au développement local, à base populaire, à caractère apolitique, laïque et à but non lucratif.  Depuis 1955, elle œuvre pour le développement de la solidarité et de l’entraide au Sénégal, en Afrique et dans le monde.   L’Union pour la Solidarité et l’Entraide poursuit un programme urbain  à travers le Centre Ahmadou Malick GAYE – Bopp (CAMG), créé en 1955 sous la forme d’un petit dispensaire de quartier, destiné à soulager les populations aux conditions sociales modestes ; il est, de nos jours, devenu un important centre polyvalent intervenant dans deux secteurs à Dakar :  
  • Le secteur SANTE spécialisé dans la prévention et le traitement des maladies oculaires  avec des unités de référence en soins ophtalmologiques
 
  • Le secteur EDUCATION/FORMATION regroupant les actions de formation professionnelle, d’animation culturelle et sportive, démarrées depuis 1957 à travers la Maison des Femmes et par la suite le Cours d’Entraînement à la Vie Active (CEVA)
  Parallèlement un axe Appui aux Initiatives Locales (Associations de jeunes, Groupements de jeunes et de femmes …) est transversale et intégré au programme.  I – LE SECTEUR SANTE L’USE à travers ses activités multiformes d’appui aux populations défavorisées mène des activités de soins ophtalmologiques en milieu urbain et des activités de soins de santé primaires en milieu rural. Ainsi, depuis 1959, le dispensaire ophtalmologique de Bopp qui est à la base de la création du Centre de Bopp, constitue  un maillon important de la lutte contre la cécité au Sénégal.   Il apparaît important de noter que la prévalence de la cécité est de 1,4 % au Sénégal, (contre 0,3 % dans les pays développés), soit plus de 320 000 aveugles, dont 80 % sont évitables ou curables.   Face à ce grave problème de santé publique, l’USE, mène à travers le secteur médical du Centre Ahmadou  Malick Gaye (C.A.M.G) ex Centre de BOPP, un combat contre  la cécité.   Ainsi, chaque année, en moyenne 35 000 personnes sont consultées et plus de 1000 interventions chirurgicales sont réalisées, dans les structures ophtalmologiques de l’USE. Ce qui représente 25 % de l’activité des soins oculaires au Sénégal. En effet, grâce à son accessibilité géographique et financière (3000 F CFA la consultation, contre 20 000 F CFA dans le privé, ), beaucoup de personnes défavorisées du Sénégal font recours à ses services. Le coût des prestations étant prohibitifs dans les autres services ophtalmologiques de la place  pour les populations démunies, ces dernières  sont le plus souvent orientées vers le centre ophtalmologique BOPP.   Avec l’affluence des malades de plus en plus massive, la structure médicale fait face à un besoin pressant de renouvellement régulier de ses équipements et installations  techniques et doit nécessairement s’appuyer sur la mobilisation d’un personnel complémentaire de services.  

Ce secteur ophtalmologique dispose de trois unités d’offre de services en ophtalmologie qui sont :

 
  • le Dispensaire BOPP au sein du centre
  • Le Dispensaire LE BAOBAB aux Parcelles Assainies, sis en proche banlieue de Dakar
  • L’Atelier Communautaire de Lunettes et d’optique sociale, installé dans l’enceinte du centre.
Les principales activités menées concernent :  
  • Les consultations ophtalmologiques
  • La chirurgie de la cataracte
  • La petite chirurgie des paupières
  • Les prescriptions de lunettes

En 2010, le secteur de santé du CAMG a diversifié son offre de services. L’USE y a installé un Cabinet Dentaire communautaire grâce à l’appui d’un partenaire du Canada, Collaboration Santé Internationale (CSI).   Pour l’année 2016, le secteur SANTE a réalisé près de 35 000 consultations ophtalmologiques.     II- LE SECTEUR EDUCATION / FORMATION           2-1  LA FORMATION PROFESSIONNELLE   Démarrées depuis 1957 par la Maison des femmes qui assurait aux jeunes filles et femmes de conditions modestes, une formation en cours ménager (socio sanitaire), en Coupe – Couture – broderie crochet – tricot et teinture, les activités de formation se sont progressivement développées à travers le Cours d’Entraînement à la Vie Active (CEVA) avec l’introduction successive de filières débouchant aux métiers du bâtiment, de la serruro-plomberie, de la céramique/poterie, de l’art graphique (photo-reliure), du secrétariat (bureautique, informatique et la comptabilité), de l’électromécanique, des soins infirmiers.   A l’origine, la formation au CAMG menée par le biais du CEVA (Cours d’Entraînement à la Vie Active) ciblait essentiellement les métiers du secteur industriel. Avec les mutations sociales, économiques et culturelles liées à l’environnement urbain, L’USE a engagé dans le cadre  de son Programme Triennal 2000/2002  une politique de restructuration de son  secteur de la Formation. Les filières développées ciblent les secteurs de l’Artisanat, du Commerce et Services, de la Santé et des Techniques tels que :   – Les soins infirmiers : Aide-soignant, Assistant Infirmier, Infirmier Bréveté –  Les Métiers du Textile : Art ménager : coupe, couture, teinture, broderie, stylisme –  Les Techniques en Arts Graphiques (Imprimerie et services associés –  Art Céramique/Poterie –  Secrétariat- Comptabilité –  Informatique, Multimédia – Métiers du Bâtiment : Dessinateur, Chef de Chantier   L’application de tarifs sociaux reste le credo du CAMG sur la base d’une contribution financière accessible aux populations défavorisées, conformément à la mission sociale et  d’appui au développement de l’USE.   Afin d’améliorer l’apprentissage professionnel, il est envisagé, dans le cadre du dispositif de formation, d’institutionnaliser « des ateliers pilotes » au sein desquels  les maîtres /monitrices – artisans pourraient recevoir des apprenti(e)s. Ces lieux d’apprentissage concernent les ateliers de production du centre premiers terrains d’application pour les jeunes.   Dans le souci de promouvoir la formation professionnelle, le principe du centre est aussi de contribuer à faciliter l’insertion des jeunes filles et garçons formés, victimes le plus souvent de déperditions scolaires et issus des couches les plus vulnérables de la population en proie à la pauvreté urbaine. C’est dans ce cadre que le CAMG met à profit le partenariat de l’’USE avec d’autres acteurs étatiques comme non étatiques.   Ce travail inspiré d’une nouvelle approche pour l’organisation du  développement à la base s’appuie sur toutes les composantes économiques, sociales et culturelles de l’environnement : associations de jeunes des quartiers, de professionnel (elle)s, Groupements d’Intérêt Economique, Collectivités Locales, Organismes d’appui  afin de faciliter la prise en charge de la formation des populations essentiellement en directions des jeunes et des femmes… .   Sur le plan de l’encadrement pédagogique, une trentaine de formateurs (trices) spécialisé(e)s interviennent selon leur statut (vacataires, salariés, volontaires) à coté du Responsable de secteur.   Le système comprend aussi une équipe de suivi et de post-formation dont le rôle est d’encadrer, d’animer, d’organiser et d’assurer le perfectionnement en stages et la pré-insertion des jeunes qualifiés.   L’ancien sous-secteur Maison des femmes intégré aujourd’hui dans la filière des Métiers du Textile occupe 80% des effectifs inscrits annuellement. Ainsi,  la formation professionnelle des jeunes filles déscolarisées et sous scolarisées constitue le pIus important volet en terme de demande et de capacité de mobilisation de ressources auto- générées sur la base d’une participation symbolique des bénéficiaires.   En moyenne, 150 jeunes sont inscrits chaque année répartis dans les différentes filières de formation continue. Des modules sont organisés dans les filières de l’artisanat (Textile, Céramique etc.), et du Tertiaire (Informatique, Comptabilité etc.) pour une formation ponctuelle, à la demande individuelle ou collective.   Parallèlement, le centre a initié des ateliers de formation à l’intention des jeunes handicapés auditifs (malentendants et sourds-muets), moteurs et déficients mentaux. Cette expérience est menée en partenariat avec les structures d’éducation de base spécialisées (Centre Verbo-Tonal),  les différentes associations des handicapés et les organisations appuyant la formation et l’insertion des personnes handicapées.   Les sections ciblées concernent surtout la Céramique et la Couture. D’autres filières telles que les Techniques en Arts Graphiques (Photo, Reliure d’Art, Métiers de l’Imprimerie) sont retenues dans le cadre de la poursuite  de cette action. Suivant cette orientation, le CAMG déroule ses activités spécifiques dans le cadre du Programme Multi-Acteurs d’Education Non-Formelle, (PMA/ENF)  de l’Alliance ICCO et partenaires au Sénégal exécuté dans cette approche depuis janvier 2009 pour une durée de trois ans. Aussi, pour l’année 2010/2011, l’USE a bénéficié d’un financement de ICCO Kerk In Actie pour mettre en œuvre un nouveau projet complémentaire dénommé Programme de Formation et d’Insertion Socio Economique (PROFISE) qui concerne le CAMG dans les domaines suivants:
  • Renforcement des équipements des filières existantes au CAMG ;
 
  • Diversification de l’offre de formation professionnelle du CAMG en privilégiant des filières porteuses ;
 
  • Appui à l’insertion socio économique des jeunes formés
2-2 LE SOUS-SECTEUR CULTUREL Il a été ouvert en 1958 avec la création d’un foyer socioculturel dont les activités socio-éducatives reposent sur l’animation, l’éducation et la formation. Des ateliers d’expression culturelle et artistique sont organisés sous forme de Patronage permanent au profit des enfants des quartiers environnants, scolarisés et non scolarisés ainsi que d’une Colonie de vacances annuellement. Les enfants en situation difficile (défavorisés, dans la rue, « talibés ») participent au programme de ce secteur où la synergie entre culture et sport reste fondamentale.   Les activités traditionnelles d’information, de mobilisation sociale et de communication pour un changement de comportement se déroulent sous forme de causeries, conférences, projections de films, podium de Sensibilisation sur les différentes préoccupations des jeunes, avec une forte intégration de la dimension culturelle : Prestation d’Artistes chanteurs, Théâtre, danse- ballet, Expositions d’Art contemporain…   Une Bibliothèque est ouverte au public et aux usagers du centre dont le fonds documentaire est assez fourni. Il sert d’espace d’information et de documentation.   Le centre dispose de salles multi – fonctionnelles, de capacités d’accueil variant de 20, 30, 50, 100, 200, à 300 places et d’une unité d’hébergement d’une dizaine de lits.   Ces infrastructures ont été réalisées dans le cadre d’un  plan de rénovation du centre  appuyé par les partenaires traditionnels du Nord de l’USE, de la Table Ronde,  lancé dans les années 90.                                   2-3    LE SOUS-SECTEUR SPORTIF   Il a été initié depuis 1960 avec le basket-ball, et qui de nos jours, s’est considérablement consolidé et diversifié avec le karaté, le judo, le taekwondo, etc. Ce sous-secteur constitue le pôle d’attraction et de communication privilégié pour les enfants et les jeunes. Environ  500 d’entre eux  fréquentent le centre tous les  jours. Le CAMG a mis en place des infrastructures et des activités favorisant l’épanouissement physique et intellectuel de ces jeunes. Ces activités leur permettent de prendre conscience d’eux-mêmes et de se responsabiliser.   Concernant la promotion du sport, le Basket-ball est  la principale discipline qui draine beaucoup plus de jeunes. Cette section constitue une véritable école de sport de masse à côté de la pratique du sport d’élite à travers le Club Association Sportive et Culturelle du Centre de BOPP (ASCC BOPP). D’autres disciplines sont pratiquées dans le domaine des arts martiaux à savoir le Taekwondo à travers  le BOPP TAEKWONDO CLUB, le Karaté à travers le KODOKAN CLUB, et autres sports associés comme la  Boxe, l’Aïkido. La complémentarité entre les différentes disciplines est également recherchée pour une meilleure performance des pratiquants et justifie l’introduction progressive d’autres telles que le Tennis de Table, le Sport Détente, le Yoga, les Jeux de l’Esprit…   Ils sont près de 300 chaque jour à bénéficier d’un espace adapté et de l’appui de moniteurs qualifiés.       III  APPUI AUX INITIATIVES LOCALES Dans le cadre de la réalisation d’activités externes, le CAMG a eu à développer dans le passé une expérience très intéressante dans la mise en œuvre d’un volet d’appui aux initiatives de développement à la base. C’est ainsi que les activités d’appui en micro crédit en direction des groupements de femmes menées, à l’époque (années 90), par le CAMG avaient produit des résultats forts appréciables. L’expérience  pilote avait été  réalisée avec trois groupements de la banlieue de Dakar, dans le Département de  Pikine à savoir Yeumbeul, Thiaroye-Kao, Bène Baraque.   Cependant, les groupements ont pu continuer à développer leurs propres initiatives économiques dans leurs différents secteurs : commercialisation de produits halieutiques et maraîchers, teinture, petit commerce de divers produits, boutiques communautaires.   Avec l’expérience accumulée depuis 1997, les femmes parviennent à pérenniser leurs actions en renforçant leur capacité d’organisation et leur esprit d’entraide et de solidarité. Ainsi, des mécanismes de redistribution interne des bénéfices sont mis en œuvre au profit de nouvelles adhérentes. Le sens communautaire est déterminant dans toutes les stratégies adoptées par les membres.   Les remboursements ont été effectués régulièrement en respectant les conditions d’octroi de prêt fixant la durée à un an avec trois mois de différé et un taux d’intérêt fixé à 5 %. Aujourd’hui, cette action de micro-finance a été arrêtée suite à la restructuration opérée dans l’orientation des programmes de l’USE, en concertation avec les Partenaires traditionnels de la Table Ronde (à partir des PT des années 2000).   Il est important de souligner que le lien a été maintenu avec ces groupements de femmes, à travers la vie associative de l’USE. Les femmes expriment toujours leur désir de diversifier leurs activités génératrices de revenus qui les confinent actuellement plus dans une situation de survie économique. Face à la crise économique, leur souhait est de bénéficier d’appuis financiers conséquents afin de s’intégrer progressivement dans une dynamique réelle de développement d’activités productives qui leur permettrait de revoir leur système de gestion et de mobilisation de ressources additionnelles.   Ainsi, ce volet d’appui a été réorienté et s’adapte dans la dynamique de prise en compte des nouveaux besoins, dans l’environnement urbain, des associations de jeunes et de femmes polarisées par le CAMG tels que les ASC de quartiers de la Zone 3 (ODCAV), des Groupements et GIE bénéficiant de divers appuis: appui institutionnel, logistique, orientation, subvention d’activités de mobilisation sociale, d’information et de sensibilisation, d’animation culturelle et sportive. A ce niveau, un véritable partenariat à la base a été établi et doit être consolidé pour nouer des alliances stratégiques suivant une démarche participative et  concertée avec l’ensemble des acteurs concernés.   En définitive, la lutte contre les mécanismes d’appauvrissement appelle une réelle prise en compte de ces données. En milieu urbain, les femmes et les jeunes  restent très présents dans le secteur informel et sont vulnérables à tout point de vue. L’instauration de mesures d’accompagnement doit contribuer également à lutter contre les effets d’exclusion et de discrimination économique pour l’émergence d’un véritable développement local… De grands moments du CAMG en 2017: Camp de basket avec des internationaux du Sénégal: camp de M. Malèye NDOYE clôturé en présence du Président de l’U.S.E et de M.l’Ambassadeur de France au Sénégal M. Christophe BIGOT.